Approches pédagogiques mises en œuvre à la Lab School Paris (par Marlène Martin)

Présentation

La Lab School Paris a comme principale caractéristique d’être une école dont les pratiques pédagogiques sont validées, car appuyées sur les résultats les plus récents de la recherche. Elle aura également vocation, à plus long terme, à servir de terrain pour évaluer et améliorer des pratiques pédagogiques innovantes fondées, là aussi, sur la recherche.

L’objectif des démarches pédagogiques mises en œuvre est de permettre aux élèves d’acquérir et de maitriser l’ensemble des connaissances attendues dans le cadre du Socle commun de connaissances, de compétences et de culture défini par le ministère de l’Éducation nationale, et au-delà, en fonction du rythme propre à chaque enfant.

Nous souhaitons que les élèves puissent, au sein de l’école, découvrir les connaissances attendues, les exercer et les mémoriser. Nous visons également l’acquisition par les élèves des méthodes efficaces pour résoudre les tâches scolaires proposées, et pour apprendre efficacement et durablement les contenus de connaissances à retenir.

Rythmes biologiques et emploi du temps

Nous tenons compte des rythmes biologiques des enfants, et les temps d’activité sont adaptés en conséquence : fondamentaux le matin, sur des durées plus longues (1h à 1h15), afin de permettre de travailler les notions de façon plus approfondie, temps calme ou EPS au moment de la baisse du pic de vigilance qui suit le repas de midi, reprise des activités en fin d’après-midi, lorsque les capacités d’attention remontent (Leconte et Reinberg, 2014).

Forme des cours et enseignement explicite

Selon les disciplines, les contenus sont proposés de façon différente : situations-problèmes, observations de documents, expérimentations, projets à construire collectivement, cours dialogués.

Cependant, dans tous ces cas, l’équipe veille à proposer des activités claires et explicites, selon les recommandations du guide « Enseigner plus explicitement » (Degesco), les travaux de Maryse Bianco (membre du conseil scientifique de l’éducation nationale, université de Grenoble), Rosenshine (1986, 2010), Hattie (2014).

Il s’agit notamment :

  • de définir les objectifs de toute activité, afin de centrer l’attention des élèves sur les aspects pertinents
  • de rappeler les connaissances antérieures, afin qu’ils puissent inscrire les nouvelles connaissances dans un réseau de sens et les organiser
  • présenter les connaissances façon très progressive, en s’assurant qu’elles sont comprises avant de passer à la suivante
  • donner des consignes claires et non ambigües
  • verbaliser les étapes de résolution pour décrire et modéliser les procédures appropriées : les élèves sont invités à faire de même afin de prendre conscience de leurs propres procédures
  • proposer des séances dynamiques, en posant beaucoup de questions, afin de maintenir l’attention des élèves
  • proposer des exercices soigneusement choisis : adaptés aux connaissances présentées, aux consignes claires
  • corriger aussitôt après (feedbacks), afin de ne pas laisser s’ancrer des réponses erronées

 

Les différents travaux de recherche ont montré que l’enseignement explicite, c’est-à-dire lorsque l’enseignant présente et explique de façon claire les connaissances à acquérir, est celui qui permet à tous les élèves de progresser au mieux.

Nous considérons que cette approche est particulièrement adaptée pour les classes primaires, dans la mesure où elle permet aux élèves d’acquérir de façon sûre les connaissances et les méthodes qu’ils pourront mettre ultérieurement au service d’apprentissages plus complexes. Ceux-ci, notamment via la pédagogie de projets, impliquent que les élèves aient automatisé un certain nombre de procédures de bases, et maitrisent les connaissances essentielles, qui constituent alors des appuis sur lesquels s’ancrent les compétences développées dans la pédagogie de projet.

 

Cours magistral et enseignement explicite

Bien que l’enseignant apporte dans un premier temps les connaissances, l’enseignement explicite n’a rien d’un « cours magistral à l’ancienne ». L’objectif est au contraire d’installer une interaction maximale avec chacun des élèves, et de les maintenir en activité sur le plan cognitif :

  • en leur proposant des connaissances sous une forme attrayante,
  • en posant des questions qui suscitent leur intérêt
  • en les mettant en situation de réussite puisqu’ils ont les moyens de répondre à ces questions
  • en leur fournissant immédiatement le feedback approprié

La réussite et le sentiment d’efficacité personnelle qui en découlent accroissent la motivation. Cette approche permet par ailleurs de mettre en œuvre une pédagogie de projet efficace relativement aux apprentissages, les élèves ne se trouvant pas en situation de surcharge cognitive liée à la double tâche (Mottint, 2018, Chanquoy, Tricot, Sweller, 2007).

 

Pédagogie différenciée et enseignement explicite

La différenciation pédagogique, au sein de la classe, permet de proposer à chaque enfant d’avancer à son rythme. Elle est naturelle dans le cadre d’une classe multi-niveaux, qui présente de nombreux avantages pour les élèves :

  • camarades plus jeunes et plus âgés, permettant de changer de positionnement en étant accompagnant et accompagnateur, alternativement
  • élèves les plus jeunes stimulés par les élèves plus âgés qui ont des comportements et des connaissances différents
  • élèves plus âgés développant des compétences de tutorat, d’explicitation de leurs propres procédures de résolution lorsqu’ils aident un camarade plus jeune.

Les enseignants veillent à fournir des supports d’apprentissage permettant à chaque élève d’avancer à partir de son niveau actuel, et varient également l’étayage qu’ils fournissent à chacun.

Passer plus de temps temporairement avec certains élèves permet d’assurer un climat plus calme dans la classe, profitable à tous, et de fournir ultérieurement aux autres élèves davantage de disponibilité de la part des enseignants.

La différenciation prend place lors d’activités communes à tous les élèves : ainsi, pour un même texte lu, les objectifs de chaque enfant sont individualisés, les enseignants posent des questions de différents niveaux, permettant aux plus avancés de réviser, et aux plus jeunes de découvrir progressivement les attendus du niveau supérieur.

 

Évaluations

Compte tenu de la nocivité avérée des pratiques habituelles de notation (Merle, 2018), les élèves ne sont soumis à aucune évaluation chiffrée : l’évaluation est pensée comme un processus permanent d’ajustement des activités proposées par les enseignants, de façon à fournir un feedback le plus immédiat possible aux élèves, gage de son utilité pédagogique (Hattie et Yates, 2014).

Comme dans l’Éducation nationale, les familles peuvent suivre les acquis et les progrès de leurs enfants dans un livret scolaire qui leur est communiqué à la fin de chaque semestre. De plus, des rendez-vous pédagogiques sont organisés deux fois par an, auquel l’enfant est convié avec ses parents s’il le souhaite (sauf cas exceptionnel).

 

 

 

 

 

 

 

 

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *