Témoignage de visiteurs – Mes 7 lundis à la Lab School, par Séverine Toussaint

Dans le cadre d’une période de mise en situation professionnelle, j’ai eu la chance de pouvoir venir en observation pendant sept lundis à la Lab School Paris. Déjà séduite par le site internet et plusieurs rencontres avec l’équipe, je souhaitais vivre l’école de l’intérieur pour mieux comprendre le fonctionnement opérationnel des pédagogies alternatives et confronter le réel à mes lectures.
Je venais sans a priori mais avec beaucoup d’attentes. Cela a été une expérience intéressante et apprenante. De l’accueil des enseignantes à la relation qui s’est créée avec les élèves au fur et à mesure des semaines. La découverte appliquée des différents outils était un des points importants que je voulais voir et c’est maintenant plus clair pour moi.  Les « ceintures » , «  quoi de neuf » , «  plan de travail »,  «  météo du jour », «  lectures bilingues » , et jeux détournés ( du « boggle » sur le mur au « Taboo » le tout en version bilingue), la boite à outils est variée, flexible et créative. Elle permet de travailler le sens de l’observation, l’orthographe et le champ lexical, le travail de groupe, l’écriture, de façon ludique.
Un point qui m’a profondément marquée est la dimension humaine. Entre les enfants d’une part, mais également de la part des enseignantes. Elles posent un cadre ferme et bienveillant, où chacun peut trouver sa place en fonction de sa personnalité, de son mode de fonctionnement et de sa forme du jour. Ainsi un enfant pourra faire un travail en groupe et être debout même si le reste du groupe est assis. Certains élèves peuvent être assis sur les poufs au centre quand d’autres sont assis aux tables.
Elles ont une forte capacité d’adaptation (entre les matières, entre chaque groupe d’âge, entre elles aussi) et cela rayonne sur les enfants qui s’adaptent très facilement (aux changements de programme, aux observateurs, aux nouveaux arrivants, aux différents intervenants).
Avoir confiance en l’autre est une valeur forte de l’école, et cela ouvre un champs des possibles pour les différents acteurs de l’école, dont les parents qui sont impliqués dans les activités. Les relations entre les enfants sont agréables et, même s’il peut y avoir des points de friction, ils sont pris en charge sans tarder pour que chacun retrouve un cadre agréable de travail serein. Le respect vis-à-vis des enseignants et celui que manifestent les enfants entre eux est le fruit de semaines de travail dès la rentrée, au cours desquelles un règlement de classe est élaboré en commun.
J’étais en observation pendant une période particulière car l’école accueillait trois nouveaux enfants allophones. Là encore, la capacité d’adaptation des enseignantes m’a surprise. La prise en charge des nouveaux arrivants était fluide, certainement aidée par l’autonomie et la bienveillance des autres enfants. Par exemple, un système de traduction tout au long de l’année, assuré tant par les élèves francophones que par les enseignants, permet aux enfants allophones d’être pleinement immergés dans la vie de classe, comme dans les enseignements. Des temps en petits groupes permettent d’approfondir les notions abordées.
Le séquençage de la journée (20/30 minutes par activité) est un des exemples de l’intérêt de s’appuyer sur la recherche dans l’enseignement, car j’ai ressenti que ce rythme contribuait à obtenir une concentration optimale des enfants ainsi qu’à des échanges de qualités.
Ces solutions pourraient tout à fait être dupliquées, pour la plupart, dans des classes classiques (c’est ce que j’ai commencé à faire dans un atelier que j’anime en collège) mais aussi dans les entreprises, et notamment les PME que je connais bien, souhaitant s’engager dans une démarche de transformation. La méthode pomodoro, utilisée par certains entrepreneurs, est également une méthode basée sur un séquencage de l’activité pour gagner en efficacité.
Dire que la Lab School est une organisation apprenante pourrait paraître étrange car, par définition, une école est un lieu où on apprend, d’autant plus quand elle entretient des liens très forts avec la recherche. Mais une organisation apprenante, c’est encore autre chose. C’est expérimenter, se remettre en question, observer, essayer, se tromper, réessayer, et faire en sorte que tous ses acteurs puissent en faire autant, sans jugement, dans l’écoute, dans l’échange, dans la coopération et avec l’objectif commun de grandir ensemble.
C’est aussi en cela que la Lab School est une école du XXIe siècle, car elle permet aux enfants et aux enseignants de se préparer au monde de demain et d’en être acteur, par une approche éco-citoyenne, par une pédagogie et un environnement agile.

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *