Qu’est-ce qu’une éducation citoyenne aux sciences?

Petit déjeuner scientifique du 23 septembre 2022


Intervenante : Faouzia Kalali


Chaque trimestre, le Lab School Network organise des « Petits-déjeuners scientifiques ». Il s’agit de rencontres conviviales durant lesquelles un chercheur ou une chercheuse est invité.e pour parler de ses travaux sur différents thèmes touchant à l’éducation. Ces événements permettent de renforcer les liens entre la recherche, les acteurs de l’éducation et tous les citoyens apprenants.


À cette occasion, le Lab School Network a eu le plaisir d’accueillir Faouzia KALALI, maîtresse de conférences et HDR (habilitée à diriger des recherches) en didactique des sciences. Ses travaux sur le plan national et à l’échelle internationale portent sur l’éducation scientifique autour des questions des attitudes, de la pertinence, de l’approche curriculaire… Ces questions sont pensées dans le contexte des évaluations internationales, des reconfigurations curriculaires, des effets de genre ; en accord avec des enjeux politiques, épistémologiques préalablement identifiés et définis. Un ouvrage est actuellement sous presse : Perspectives curriculaires en éducation scientifique, Presses universitaires de Rennes, coll. Paideia

Nos sociétés connaissent des bouleversements cruciaux qui affectent différents champs – le climat, l’économie, les technologies, etc. De nouveaux défis se présentent pour les relations entre sciences et société, notamment entre des institutions comme l’école, la science et des publics comme les citoyens. Au cours de ce petit-déjeuner scientifique, nous nous sommes interrogés sur les possibilités d’une éducation aux sciences plus « citoyenne ». La dimension citoyenne est devenue une injonction qu’il convient d’analyser en tenant compte des contingences pour penser des futurs possibles.



Contenu de l'exposé

Dessine-nous la planète, CM2 par S Desprez.

Arthur 10 ans : « tous les animaux vont disparaître et l’été, il fera 60 °C »


Dans la société actuelle, où des problématiques urgentes surgissent, il y a une forte invitation à ce que les citoyens acquièrent une culture scientifique. Or, cette éducation citoyenne aux sciences ne va pas de soi.

Léandre 11 ans : « la terre c'est pas si horrible que ça. »

Au XXIe siècle, les rapports entre sciences et société ont connu d’importantes modifications. On observe une certaine résonance entre la société et l’école. Dès leur plus jeune âge, les élèves sont affectés par les discours des médias et par ce qui circule dans les milieux familiaux et scolaires. Lors de travaux réalisés dans une école primaire sur les problématiques contemporaines, la consigne suivante a été proposée aux enfants : « Dessine-moi la planète ». Les résultats des enfants étaient opposés : Arthur, 10 ans, représente un chaos où « tous les animaux vont disparaître » et où « l’été, il fera 60 degrés ». Léandre, 11 ans, est plus positif : la « terre [qui] n’est pas si horrible que ça ».



Aux origines de la formation du citoyen : la modernité


Avant le XXIe siècle, la citoyenneté et le fait de doter le citoyen de connaissances scientifiques étaient déjà abordés. La notion de modernité de Condorcet (1743-1794) préconisait alors qu’il fallait inculquer aux élèves une connaissance des institutions politiques et scientifiques, afin qu’ils deviennent des sujets émancipé