Pratiques compétitives : quels risques pour les élèves les plus fragilisés ?

Petit-déjeuner Scientifique du 15 octobre 2021

Intervenante : Céline Darnon


Chaque trimestre, le Lab School Network organise des Petits-déjeuners scientifiques. Il s'agit de rencontres conviviales durant lesquelles un chercheur ou une chercheuse est invité.e pour parler de ses travaux sur différents thèmes touchant à l’éducation. Ces événements permettent de renforcer les liens entre la recherche, les acteurs de l’éducation et tous les citoyens apprenants.


Pour ce premier Petit-déjeuner scientifique de l’année 2021-2022, le Lab School Network a eu le plaisir d'accueillir Céline Darnon, professeure de psychologie sociale à l’Université Clermont Auvergne. Ses recherches examinent comment les pratiques du système éducatif (par exemple, les pratiques évaluatives) mais aussi les valeurs qui y sont prescrites (par exemple, la méritocratie scolaire) peuvent participer à la reproduction des inégalités sociales, notamment, en poussant les individus à intérioriser la position qu’ils occupent dans la hiérarchie.


Les travaux issus de la psychologie sociale montrent que indépendamment des caractéristiques individuelles des apprenants, un élève appartenant à un groupe de « bas statut » a plus de probabilités de développer un faible sentiment d’efficacité personnelle et des formes délétères de motivation qu’un élève appartenant à un groupe de statut « plus élevé ». En outre, les recherches ont montré que certains contextes sont particulièrement susceptibles d’accentuer ces écarts. C’est le cas des contextes rendant saillants la compétition entre élèves ou l’enjeu de sélection. Dans cette présentation, nous verrons pourquoi cet enjeu de sélection représente un frein à la promotion de l’égalité à l’école.


Il existe plusieurs facteurs qui fragilisent un élève pendant sa scolarité. La conférence est centrée sur les raisons liées au groupe d’appartenance.